Jeudi , 21 septembre 2017

maison » FICHES PRATIQUES » ACHETER UN CHEVAL » Avoir un nouveau cheval après un décès

Avoir un nouveau cheval après un décès

Doit-on reprendre un cheval après la mort de son cheval ?

octobre 2, 2014 7:21 by: catégorie: ACHETER UN CHEVAL, FICHES PRATIQUES Laisser un commentaire A+ / A-

 

Au revoir Gars d'hop  20140809_101544

 

 

Perdre un cheval, surtout quand on est passionné et amoureux de son superbe compagnon, c’est très difficile à surmonter.  On a généralement passé de nombreuses années ensemble et, on a construit une grande complicité qui s’est installée au fil du temps.

La première réaction c’est : plus jamais. Je ne veux pas revivre ce douloureux moment qu’est l’euthanasie ou une mort naturelle.  J’ai trop souffert, et il me manque terriblement, c’est un grand vide.

Certains vous diront qu’ils ne reprendront plus de cheval, d’autres vous diront qu’ils en prendront un autre, un peu plus tard.  La décision n’appartient qu’à vous et personne n’a le droit de vous juger.

Pour ma part, je faisais partie de la première catégorie, du moins, je le croyais, mais les choses de la vie se sont passées autrement.

 

FAIRE SON DEUIL

Il faut laisser le temps au temps.  On fait donc son deuil comme s’il s’agissait d’une personne proche.

On quitte l’endroit où vivait son cheval, en espérant ne plus y revenir, juste pour aller chercher ses affaires, mais un peu plus tard et vite, en espérant ne rencontrer personne. Il y a tellement de mauvais souvenirs.

On essaie donc de passer à autre chose……Les jours et les weeks-ends se suivent et se ressemblent, l’ennui s’installe et vous finissez par vous retrouver devant la télévision. C’était mon cas.

On téléphone aux amis, qui eux ont toujours leurs chevaux, et vous vous sentez de plus en plus frustrée. Ils ou elles n’osent pas vous parler de votre ancien compagnon pour ne pas vous blesser, mais vous, vous en mourrez d’envie, car vous en avez besoin.

L’odeur de l’écurie vous manque mais aussi le pas des chevaux ou les cavaliers qui reviennent d’une heure de cours ou de balade. Bref, il n’y a plus d’échanges et vous quittez progressivement le monde du cheval.

Même si votre ancien compagnon est toujours présent dans votre cœur, et que vous le pleurez encore, vous souhaitez commencer à combler un manque, sans trahir le fantôme de votre dernier cheval qui vous hante.

 

retour au club

PERTE D’UN CHEVAL : RETOUR AU CLUB

Un bel après-midi ensoleillé, je décide, avec ma chienne Gerys, de faire un tour au club, juste pour dire bonjour et connaître les potins, ah oui les potins, ça manque aussi.

En arrivant au club, je me sens bien et détendue. Gerys court dans tous les sens en reniflant toutes les odeurs qui lui ont manqué.  Elle aussi, elle devait être frustrée. On se promène tranquillement dans le centre, en évitant les deux endroits où je ne souhaite pas remettre les pieds.  En revanche, j’éprouve un grand plaisir à retrouver les lieux où j’ai passé de supers moments avec mon ancien doudou. Quelque part, je ressens un peu sa présence.

Les chevaux vont et viennent. On retrouve les personnes que l’on apprécie et on reprend rapidement ses marques. Une caresse aux doudous attachés à la poutre qui attendent pour être montés,  je sens leur souffle chaud sur ma main. Je n’ai qu’une envie, remonter à cheval. Pas sur un cheval de club que l’on me propose gentiment ou le cheval d’une copine, mais mon cheval : aller le chercher au pré, le bichonner, le préparer, le seller et partir en balade seule ou avec une ou plusieurs amies.  En fait, c’est un peu comme une drogue, je suis en manque. Le cheval, c’est mon équilibre.

Je commence à me poser la question, qui, inconsciemment, me trottait depuis un moment dans la tête : et si je reprenais un cheval ?

 

LES PETITES ANNONCES 

Reprendre un cheval, c’est aussi passer par la case « petites annonces ». Ah, les petites annonces, qu’est-ce que j’ai pu en lister des petites annonces, sans vraiment être décidé, les remords me rongeant, car même si c’est un besoin, on a l’impression de trahir celui qu’on aimait, quelque part, je culpabilise.

En ce qui mon concerne, et n’ayant plus 20 ans, je recherche un cheval ou une jument adulte ayant entre 7 et 11 ans et complètement différent de mon ancien doudou afin de ne pas faire de comparaison.

Durant plusieurs jours de recherche, aucun cheval ne m’interpelle, pourtant beaucoup d’entre eux sont superbes ou sympathiques.  Aucune envie de contacter un vendeur.

Au fond de moi-même, je me dis : vais-je l’aimer, pourrais-je créer une complicité, va t-il accepter mon chien, vais-je me lasser, aurai-je envie de partir en balade avec lui…..

Puis, un beau jour, je m’arrête sur une annonce décrivant une jolie petite jument vivant dans un pré, pas trop grande, à l’air rustique. Je ne serai pas le décrire, mais j’ai eu un coup de coeur en me disant : c’est elle !

Un petit mot au propriétaire pour en connaître un peu plus, car deux lignes, cela fait juste pour prendre la décision de se déplacer. Après un échange de plusieurs mails constructifs, je me décide à aller la voir et l’essayer avec une légère appréhension car elle a 4 ans, elle est donc très jeune…….

En résumé : on n’oublie jamais ceux que l’on aime et qui disparaissent, car ils vivent avec nous et dans notre coeur.

 

DSCN0269

 

 

 

 

 

 

 

Avoir un nouveau cheval après un décès Reviewed by on .          Perdre un cheval, surtout quand on est passionné et amoureux de son superbe compagnon, c'est très difficile à surmonter.  On a généralem          Perdre un cheval, surtout quand on est passionné et amoureux de son superbe compagnon, c'est très difficile à surmonter.  On a généralem Rating: 0

Laisser un commentaire

scroll to top